Gandhi à Swakop’

Quelques jours plus tard, au détour d’une rue parisienne, je me retourne sur une ardoise postée à l’entrée d’un café. Sur cette ardoise, la citation d’un sage indien. Je la prends en photo, pour plus tard.

Encore dix jours plus tard, et 12 000 km plus au sud, en voyage en Namibie, je passe à Swakopmund, l’une des trois « grandes » villes de Namibie. Celle-ci a la particularité d’être « deux fois en bordure » : en bordure de l’Atlantique, et en bordure du désert du Namib. Une promenade dans ses rues désertes nous porte, Marie-Armelle et moi, devant une fresque colorée. Au milieu de la fresque, je retombe nez à nez avec la citation et Gandhi. Le sage s’est « africanisé », il a pris dans les joues, les lèvres et le nez (?!), mais la citation est la même : you must be the change you wish to see in the world, sois le changement que tu souhaites voir dans le monde.

DÉCLIC!

Il ne s’agit pas d’être Superman, et de régler tous les problèmes du monde entier, il s’agit de prendre conscience que chacun est acteur dans son écosystème. Si tu veux que ton écosystème change, change d’abord. Ça demande de réfléchir, certes, de travailler, aussi, d’agir, surtout. Ça demande du temps, de la patience, du courage… A ce moment là, je crois qu’inconsciemment tout est déjà là. Reste à faire le chemin (et aussi mon Chemin) pour passer de l’inconscient au réel, et par toutes les étapes intermédiaires.

ArdoiseGandhi